ENTRETIEN EXCLUSIF – Skyzo est allé à la rencontre de Bernard Henri-Levy, dans sa demeure, le Château de Versailles. Attentats de Bruxelles, conflit syrien, islam et même football… Le plus grand philosophe français fait le tour de l’actualité.

 

Bernard-Henri-Levy-Paris-14-janvier-2016_2_1400_933

 

Bonjour Bernard Henri-Levy.

 

Bonjour.

 

Avant de parler de vous, il convient de revenir sur les récents attentats de Bruxelles. Quelle analyse faites-vous de ce désastre?

 

(BHL tartine un peu de caviar sur une fine tranche de pain) Écoutez, je vais aller droit au but. Nous sommes en guerre. Des gens meurent et des familles pleurent. Et comme nous sommes en guerre depuis le 7 janvier 2015, je porte depuis ce jour la même chemise blanche en Europe que celle que j’ai l’habitude de mettre sur le front syrien, lorsque je mène mes troupes au combat. C’est mon costume de combattant à moi. A ce sujet, je suis désolé, ma chemise est un peu poussiéreuse et tachée de sang de djihadistes que j’ai abattus à mains nues à Palmyre d’où je reviens tout juste. Quelle victoire nous avons obtenue là-bas. En reprenant cette ville antique, c’est un bout du patrimoine judéo-gréco-romain que nous avons sauvé.

 

On a l’impression que vous êtes partout en même temps. Vous devez être exténué. Dites-nous au moins que votre compte Twitter est alimenté par un Community Manager…

 

Eh bien non, ce n’est pas le cas. Quand je poste un tweet avec le hashtag #TouchePasMaFrite après les attentats du 22 mars, c’est bien le vrai BHL qui pianote sur son smartphone. Je suis un grand twitto.

 

 

Quelles sont les prochaines dates de votre calendrier ?

 

J’ai un emploi du temps très chargé, donc avec mes hommes, nous allons faire une petite pause après la bataille de Mossoul, en Iraq, où nous espérons récupérer rapidement la ville des mains de Daech. Après, je dois aller aux Etats-Unis, où je m’occuperai de la fin de campagne de mon ami Donald Trump, puis j’écrirai un roman retraçant ma victoire face à Khadafi avant d’en faire la promo chez Ruquier, chez Bourdin, sur TF1, sur RTL, bref, un peu partout. Enfin, je me concentrerai sur le tournage de BHL vs Musul Man, film hollywoodien dans lequel je jouerai mon propre rôle. Quand tout cela sera terminé, en 2019, je recevrai des généraux syriens et irakiens ainsi que la future présidente de la République, Marine Le Pen, afin de déterminer quelles cibles de l’Etat Islamique nous devrons abattre.

 

Pour revenir à Bruxelles, vous avez dit au sujet des récents attentats que nous étions en guerre. Pourquoi?

 

(BHL se sert un verre de cognac dans un verre en cristal) Demandez donc aux procureurs belges et français! Les arsenaux militaires trouvés à Argenteuil et Molenbeek prouvent que la guerre est chez nous. Les armes des djihadistes sont aussi redoutables que celles des Palestiniens qui menacent l’inoffensive Israël! Notre civilisation judéo-chrétienne est sur le point de périr. Notre espèce supérieure est en voie de disparition. En banlieue, les femmes se voilent toutes de la tête aux pieds, les Royal Bacon disparaissent de nos McDonald’s, la charia est appliquée dans certains quartiers et plus personne ne parle français dans la rue. Jeanne, au secours !

 

Ce que vous dites est totalement faux…

 

(Il coupe) Écoutez, je suis allé une fois dans le 93 Il y a quinze ans, je sais de quoi je parle.

 

N’avez-vous pas peur de vous attirer les foudres des Français musulmans, qui se sentent agressés par votre discours ?

 

Je n’ai rien contre personne et les bons musulmans le savent. Je ne suis pas croyant, mais j’accepte aussi bien les chrétiens, que les juifs, les bouddhistes, ou bien les musulmans modérés.

 

Pourquoi toujours parler de musulmans « modérés » ou de« bons musulmans » ? Qu’est-ce qu’un musulman « modéré » d’après vous ?

 

C’est une bonne question. Ce sont tout simplement les gens qui célèbrent assidument Chabbat, fêtent Yom Kippour, Hanoucca et adhèrent aux idées de Bibi Netanyahou. De bien braves gens.

 

Heu… D’accord, changeons de sujet. Parlons football. Vous devez bien avoir un mot à dire sur les récentes prestations de l’équipe de France en vue de l’Euro 2016 étant donné que vous avez réponse à tout…

 

Effectivement, je suis agréablement surpris de voir que nous avons nos chances de gagner à domicile cet été. J’ai beaucoup aimé le 4-1-2-3 en étoile de David proposé par Didier Deschamps contre la Russie, avec une première réussie pour N’Golo Kanté en tant que titulaire. Blaise Matuidi a du souci à se faire. Et que dire de Dimitri Payet ? J’espère que mon cousin Daniel l’achètera lors du prochain mercato estival. C’est l’un des meilleurs joueurs du monde. En revanche, nos carences défensives me laissent perplexe. Si Deschamps vous lit, je veux qu’il sache que je reste disponible pour solidifier la charnière centrale de l’équipe de France au moins de juin.

 

Un mot tout de même sur votre bouquin, L’Esprit du Judaïsme, avant de boucler cet entretien ?

 

Il est parfait. Vous devriez le lire. J’y aborde des thèmes et des problématiques inédites. Mon seul regret étant que l’éditeur ait refusé le premier titre du livre, Le Retour du Judaï. Mais bon, il faut savoir faire des concessions dans la vie.

 

Un livre où le mot «je» apparaît une trentaine de fois lors des neuf premières pages…

 

Vous avez dû mal compter. Jamais je ne me permettrais de parler autant de moi. Je ne vois pas pourquoi je le ferais. Je m’intéresse avant tout au monde qui m’entoure et je me contente de l’analyser. Je pose des questions sérieuses et j’y réponds, voilà ce que je fais. Je vous rappelle que moi, je suis philosophe, monsieur. (Il part en claquant la porte).

LAISSER UN COMMENTAIRE