Après un débat houleux, la motion a été adoptée lors du dernier jour du congrès de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), un rendez-vous de dix jours qui a convié 9 000 personnes à Honolulu, à Hawaii. Le braconnage des éléphants pour leurs défenses doit s’arrêter au plus vite.

Bien que la motion ne soit pas obligatoire, elle montre véritablement la volonté à échelle mondiale de mettre fin à un massacre qui s’élève à 144 000 disparitions d’éléphants en moins de dix ans. Une volonté qui devrait se faire l’impulsion de prises de décisions législatives et régulatrices.

Un éléphant

 

Andrew Wetzler, du Natural Resources Defense Council a déclaré : « C’est vraiment un moment clé et une victoire pour les éléphants qui devrait normalement se confirmer plus tard ce mois-ci au prochain meeting de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d’extinction (CITES en anglais – à Johannesburg. » Affaire à suivre.

LAISSER UN COMMENTAIRE