Ligue-1-le-PSG-gifle-Saint-Etienne

 

Ca y est on est de retour dans notre championnat domestique. Après une semaine européenne calamiteuse, deux victoires, un nul et 3 défaites, Il fallait passer à autre chose. Que les gros du championnat réagissent. Et le plus beau des récitals a eu lieu hier soir ( dimanche, ndlr) au Parc des princes, où le PSG a infligé sa traditionnelle fessée à Saint-Etienne, qui a quand même pris 13 buts lors 3 derniers match dans l’enceinte parisienne. Des Stéphanois amateurs de 50 nuances de grey’s, de flagélation, on dit merci qui ? Merci PSG. Alors que Javier Pastore avait une conjonctivite, genre de maladie que t’attrape avant la grande sortie scolaire et qui te bousille ta sociabilisation à l’école, Marco Verratti a tout simplement brillé ce dimanche, ainsi que la « CIA » ( bah quoi les espagnols donnent des noms à leurs attaques pourquoi pas nous?). Cavani, Ibra et Angel Di Maria tiennent enfin leur match référence. Même si Bayal Sall-Perrin c’est pas Ramos-Varane, j’ai envie de vous dire qu’on s’en fou et puis Perrin était sur les tablettes du Barca (d’après certains confrères cet été, elle est pas de moi celle-là, hein !) donc bon… On la ramène moins. Bref, victoire 4-1 avec une mention spéciale pour Kurzawa lui aussi auteur d’un bon match (même s’il a raté la plupart de ses centres), et d’une célébration de but non sans rappeler l’immense Jean-Claude Van Damme dans KickBoxer.

 

Michel prend l’air

 

Un peu plus tôt à 17h, l’OM jouait à Lille. Le Losc d’Hervé Renard, qui titularisait Marvin Martin (la vanne est déjà dans la phrase), contre l’OM de Michel qui titularise des «joueurs » autour de Lassana Diarra, l’affiche promettait. Finalement, ce sont les Olympiens qui se sont sortis de 7sept matchs sans victoire, avec ce succès 2-1. Laborieux dans le jeu, mais quand il faut gagner on s’en fou de la manière, dédicace à René Girard. L’OM s’offre de l’air par rapport à la zone rouge et passe à la 14ème place. Tu la sens la saison galère, ami marseillais ?

 

Monaco et Lyon réagissent

 

Dans ce qui était, après le PSG-ASSE, le meilleur match à voir ce week-end, Monaco s’est imposé à Reims. Les soldats d’Olivier Guégan, l’homme qui l’a jouée à la house of cards pour avoir son poste, ont livré une prestation de grande qualité. Face à un Monaco joueur malgré le match en Ligue Europa jeudi soir, n’est-ce pas Christophe Galtier, les Rémois n’ont pas démérité … Cet attaque-défense quasi ininterrompu n’a accouché que d’un but pour l’ASM ( AS Monaco, ndlr), la faute à deux bons gardiens. C’est d’ailleurs ce qui manque à Toulouse depuis des années, un bon gardien. Et plein de bons joueurs, aussi. Bref, le Téfécé a sombré à Gerland, 3-0. Tapis dans l’ombre, les Lyonnais remontent à la quatrième place, à deux points du podium. Malgré une sortie fracassante de Mapou Yanga-Mbiwa (pour une fois qu’il sort et qu’il est tranchant), une bagarre dans le vestiaire entre Lindsay Rose et Corentin Tolisso, les protégés de Jean-Michel Aulas ont bien réagi. Ils ont dû écouter notre maitre à penser à tous. « Un bourre pif et ça repart » Chuck Norris, 1995.

 

Dans les restes de la France, le Gazélec Ajaccio gagne son premier match en ligue 1 et comme toute première fois, c’est dégueulasse, mal fait mais aussi et surtout joussif. Et puisqu’on parle de premières fois, la goal-line technoligie a été inaugurée dans le derby breton Rennes-Lorient, comme quoi sans ça on aurait eu une guerre entre ultras à coup de crêpes et kouign-amann. Bordeaux gagne grâce à un jeune du centre de formation, c’est pas mal aussi les jeunes du centre formation, n’est-ce pas Willy Sagnol ?

 

Allez c’est tout pour ce week-end, et je pense que c’est bien assez.

LAISSER UN COMMENTAIRE