Devant la vacuité parfois vertigineuse des articles ayant trait à cette thématique fondamentale, Skyzo s’est chargé de décrypter pour vous l’avenir très obscur du pantalon slim. Parfois nommé jean cigarette ou skinny jean dans les boutiques, l’élément mode incontournable des années 2000 semble aujourd’hui condamné.

 

Cheap Monday
Il y a une tête de mort, c’est un signe, non ? (Crédit : ce skyblog merveilleux http://x-pomme-sucre-x.skyrock.com/2662770038-Slim.html)

 

Par souci d’éthique et de déontologie, les appellations slim et skinny, qu’il faut distinguer en pratique, seront ici regroupées autour du terme slim. Ce pantalon de coton serré au niveau des jambes est apparu au début des années 2000 avec une vague de musiciens rock (Franz Ferdinand, Arctic Monkeys etc.) dont il sera ici sujet.

 

Témoignant d’une scission marquée avec le look hip/hop et ses pantalons larges et taille basses qui dominait les années 90 , le slim est un phénomène d’ampleur qui connaîtra son explosion en 2005. Cheap Monday, la marque phare suédoise qui allie petit prix et esthétique, produit de qualité et distribution de masse, écoule 5.000 slims en France cette année-là. En 2006, elle en vend 200.000, à 50 euros pièce.

 

Si ce type de pantalon dont le confort parfois douteux fait fureur chez les hommes, hype rock’n’roll oblige, les femmes n’ont pas nécessairement les mêmes raisons de se lancer en quête de circulation sanguine coupée. Il n’en demeure pas moins très utile pour arborer sa silhouette de crevette.

 

Les Anges
#TEAMSLIMENPLASTOC

 

Historiquement, cette tenue rigide et sans souplesse n’est pas sans rappeler le corset. Voilà où ce culte de la maigreur, pourtant maintes fois dénoncé, conduit notre société. Le combo slim et corset n’a jamais été véritablement expérimenté, pourtant les deux paraissent aller de pair.

 

Pourtant les haters font rage. On emploie d’ailleurs les grands mots pour qualifier les adeptes féminines de cette mode : «le saucisson de Paris et l’allumette en détresse». Attention messieurs, ce n’est pas mieux, à votre sujet on parle ici de «l‘homme qui n’avait pas de fesses». C’est du sérieux.

 

Alors que Gilles Richardière déclarait en 2006 «je ne pense pas que nous allons vendre des slims pour des années encore», le slim est définitivement voué à disparaître. On est peut-être même déjà passé de mode à raconter que le slim est mort. Que faire donc ?

 

Première option : se reporter sur des pantalons sobres, hashtag normcore. Ceux qui pensaient être peinards toutes ces années avec des pantalons coupe droite on ne peut plus basiques sont désormais à la pointe.

 

Autre solution : optez pour un look casual chic avec un pantalon serré mais pas trop moulant, repliez légèrement le revers afin de bien mettre en valeur le logo stan smith et c’est dans la poche.

 

Sinon : persistez, ce n’est pas deux-trois médecins qui prédisent mycoses, varices, MST ou pire, la mort, qui auront raison de votre look. You only live once (YOLO, pour les nazes), peu importe le regard des autres. Il faut bien mourrir de quelque chose.

 

On n’a pas eu le temps de consulter GQ sur ce point, mais n’ayez crainte, la mode n’est qu’un cycle. On devrait revenir au slim d’ici 2040.

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE