Plus de deux cents personnes ont été tuées et 100 enfants kidnappés dans un raid menés par des sud-soudanais armés dans le sud-ouest de l’Éthiopie, confirme le cabinet du Premier Ministre éthiopien.

L’attaque appelée « massacre de Gambella » a eu lieu à 50 kilomètres de la frontière sud-soudanaise. Cette zone du territoire éthiopien abrite des citoyens éthiopiens d’une ethnie Nuer  des réfugiés du Soudan du Sud avec les Dinka.

605x394x1437047849-0111f4157282d78867b3606b65d7bfad.jpg.pagespeed.ic.1L1bKh_C6V
L’indépendance. Oui, mais à quel prix ?

Ce massacre est la conséquence directe de la guerre civile au Soudan du Sud depuis son indépendance en 2011. Il fait suite au limogeage de Riek Machar, ancien vice président sud-soudanais (d’ethnie nuer) par l’actuel président Salva Kiir (d’ethnie dinka) après des accusations de tentatives de putsch. Ce conflit inter-ethnique et politique a fait environ des dizaines de milliers de morts et plus de 2,3 millions de déplacés. Le jeune Etat du Soudan du Sud est aujourd’hui le pays le plus abîmé de la planète et commence à connaître une situation de famine.

Région particulièrement agitée avec le conflit de Darfour plus au nord et la crise sud-soudanaise au sud, la crainte d’un débordement sur le territoire éthiopien est désormais grandissante.

LAISSER UN COMMENTAIRE