Game of Thrones est de retour avec sa septième saison et avec elle son lot de surprises et de rebondissements tous plus dingues et les uns que les autres. Cette phrase d’introduction aurait été des plus appropriées si toutefois ça avait été le cas. Ça ne l’a pas été.

Après un épisode d’un peu moins d’une heure nous restons sur notre faim. Et pour cause, la fête n’a pas encore véritablement commencée, en veut pour preuve le on ne peut plus cliché « Shall we begin? » lancé par Daenerys devant une Table peinte délaissée au sein d’un château lui-même à l’abandon. Tant à l’abandon qu’il est difficile de croire qu’un squatteur ou deux n’aient pas trouvé le moyen de rétablir l’eau courante et de s’y installer depuis le départ de son proprio.

Et bien oui, Daenerys, il serait tant de commencer. Après avoir passé six saisons à faire des allers-retours à Essos, il te reste maintenant douze épisodes pour péter la gueule de tout le monde.

Sauf que l’intérêt de l’épisode ne réside pas dans le pétage de clavic en règle puisque l’ultime saison et son lot d’épisodes à la durée d’autant de longs-métrages offrira tout le temps aux showrunners de proposer de l’action et autres scènes badass pour les amateurs de sensations fortes.

Non, l’intérêt de cet épisode intelligemment baptisé Dragonstone et de rappeler à chacun où se situent chaque pièce de l’échiquier. Puisque Game of Thrones n’est pas moins une série politique qu’une série de dragons, il est important que les choses soient claires pour tout le monde.

Ainsi David Benioff et D. B. Weiss, les showrunners, nous privent des intrigues secondaires et autres péripéties à la Gendry aux issues incertaines et dont, finalement, tout le monde se fout un peu, afin de proposer un rythme plus efficace. On retrouve ainsi les personnages qui comptent vraiment en laissant tout de même de la place à l’histoire d’amour impossible entre Brienne et Tormund.

« Winter won’t be the only thing coming. » – ryansony18

 

Résumé de l’épisode

  • Arya a réussi à tuer les sujets de Walder Frey en les empoisonnant. La tactique semble tellement vue et revue que l’on a bien cru qu’il ne s’agissait pas là d’un coup monté. Mais en fait si. C’est peut-être là le vrai twist.
  • Les marcheurs sont toujours en marche. Il y a au moins trois géants parmi eux.
  • Bran Stark arrive à Castle Black.
  • John Snow appelle toutes les femmes et tous les hommes entre 10 et 60 ans à se battre dans la guerre qui se prépare.
  • Sansa est avec John Snow… Et l’autre relou de Petyr BAElish.
  • Lyanna Mormont est toujours badass.
  • Cersei prépare un truc. Jaime désapprouve.
  • Jack Sparro… Euron Greyjoy fait le mariole avec ses fringues sortis tout droit de Mozart, l’opéra rock.
Greyjoy, l’opéra rock

 

  • Samwell nettoie du caca pendant les trois quarts de l’épisode et fini par découvrir que sous le château de Dragonstone, croyez-le ou non, il y a de la dragonglass.
  • Jorah Mormont est mis en quarantaine dans la Citadelle, plus atteint que jamais par la maladie.
  • Ed Sheeran chante bien et fait un cameo qui n’est pas franchement une surprise puisqu’annoncé mais qui trouve le moyen de faire grincer les fans hardcore de la série quand même. Cette scène aura au moins le mérite de faire écho à celle du dialogue entre Cersei et Jaime :

[Spoilers] Lannisters and the Lone Wolf. 

 

  • Clegane fait le bonhomme mais en fait on découvre que derrière son armure il y a un cœur gros comme ça qui a envie de te dire « Je t’aime ». C’était moins le cas il y a trois saisons.
Captures d’écran : AndyJaeger

 

 

  • Puis bon bah on l’a déjà dit mais c’est important tout de même, Daenerys Targaryen est enfin arrivé à Westeros !

 

Quant à nous on vous donne rendez-vous la semaine prochaine pour le résumé de l’épisode 2. D’ici là, n’hésitez pas à relire nos résumés haut en montage et en kikivamouriromètre de la saison 6 !

LAISSER UN COMMENTAIRE