H&M à l’honneur pour la Fashion Week parisienne

La semaine de la mode à Paris, aka Fashion Week 2017, s’est achevée la semaine dernière en laissant derrière elle, comme à ses grandes habitudes, des collections novatrices de grandes marques plus ou moins prestigieuses.

Difficile d’écrire un article sur cet événement puisque la Fashion Week amène chaque année aux mêmes conclusions ou au mieux à débattre sur le vêtement qui sera le plus difficile à porter en public. 

Cette année et pour sa toute nouvelle collection Studio, H&M nous a gâté avec une approche purement casual chic et surtout un show tape-à-l’oeil.

La marque grand public ne nous a pas du tout déçu. Tenues roses pour les garçons, robes légères, simples avec très peu ou pas de mélange de couleurs… On reste dans un style assez classique. Mais ce qui capte véritablement notre attention cette année, c’est ce renversement des codes masculins / féminins. En effet, cette collection est très axée transgenre : il s’agit de la première fois qu’H&M fait défiler des mannequins hommes et femmes en même temps. La marque surfe véritablement sur le phénomène du « trangenrisme » ; un phénomène de mode ou véritable combat d’une communauté peu représentée médiatiquement ? En tout cas, elle a su se faire entendre ces dernières années puisque, manifestement, ce sont bien des grandes marques comme H&M qui l’ancrent dans ses dessins.

Aussi, quand on parle d’H&M, on pense forcément à une marque grand public, simple aux prix abordables ; une sorte de « tendance low-cost ». Mais on connait très peu le H&M des défilés et son penchant pour les grands shows et les grandes collaborations. En bref, H&M, c’était tout sauf le luxe et les grandes stratégies marketing qui servent uniquement à faire un max’ de profit. Cette année, la marque suédoise nous a donc surprit en adoptant une nouvelle stratégie commerciale qui se nomme le « see now, buy now ».

On vous explique tout. « Le see now, buy now » est un projet innovant qui vient véritablement briser les codes et les fondements même de la Fashion Week en proposant de vendre les vêtements présentés juste après leur apparition sur les podiums. Si la tenue de la mannequin Gigi Hadid ou encore Winnie Harlow vous plait, vous pouvez d’ores et déjà vous les procurer dans le H&M du coin.

Tandis que certaines marques comme Chanel se refusent encore à essayer ce nouveau procédé, d’autres comme Burberry ou encore Paco Rabanne l’ont déjà adopté. Avec cette stratégie, elle tend toujours à vouloir être une marque grand public tout en proposant des pièces digne d’un podium, « accessoirement » portées par de grands topmodels.

Le choix des topmodels ne s’est pas fait au hasard. H&M s’est quand même payé les services des légendaires soeurs Hadid et de la divine Winnie Harlow, qui en plus d’être des super modèles internationales, sont des personnalités extrêmement « peopolisés ». The Weeknd, le célèbre chanteur canadien, était également de la partie. Venu faire le show lors du défilé, il a lui aussi collaboré récemment avec la grande marque suédoise en réalisant une collection de vêtement nommée « Spring Icons ». Avec des personnalités telles que Nicki Minaj, Marie-Ange Casta (fille de Laetitia Casta) ou encore Noémie Lenoir, il est évident qu’H&M est une marque ayant véritablement le vent en poupe.

Ce somptueux défilé marque donc un nouveau tournant pour l’entreprise qui ne faute jamais. Que ce soit sur la stratégie marketing et commerciale ou sur le style, les studios H&M restent surprenant et marquent, une fois de plus, par leur unicité. Elle s’émancipe socialement de toutes formes hiérarchiques puisqu’elle se veut être le lien entre des prestigieux événements comme la Fashion Week parisienne ou américaine et d’un grand public issu de classe moyenne. Et ça, ce n’est pas pour nous déplaire !

LAISSER UN COMMENTAIRE