Alors voilà… Nous y sommes. Le Gabon, pays hôte, lance officiellement la 31e édition de la Coupe d’Afrique des Nations. Un grand évènement et une fête sportive qui réunissent tout le continent africain.

L’heure est au rassemblement 

Rien que du beau et du merveilleux. Pendant trois semaines, un ballon va réunir dignement tout le continent africain et fera oublier toutes les tensions politiques et instabilités socio-économiques. Une véritable période de paix, de bonheur et de joie pour les 1,2 milliards d’Africains dans le Monde.

Faisons le point avec le groupe et les nations engagées dans cette compétition :

Gr.A : Gabon, Burkina Faso, Cameroun, Guinée Bissau

Gr.B : Algérie, Tunisie, Sénégal, Zimbabwe

Gr.C : Côte d’Ivoire, République Démocratique du Congo, Maroc, Togo

Gr.D : Ghana, Mali, Égypte, Ouganda

Toutes les équipes ont communiqué la liste des 23 joueurs sélectionnés pour la coupe. Les regards sont à présent tournés vers le Gabon qui doit se montrer à la hauteur de cette compétition dans l’organisation et l’accueil. Les quatre grandes villes du pays ont été mobilisées : Franceville, Libreville, Oyem et Port-Gentil.

Quand on pense à la dernière CAN 2015, on se rappelle de cette fougue, et cette intensité lors des ½ finales opposant successivement la Côte d’Ivoire face à la République Démocratique et le Ghana face à la Guinée Équatoriale. Sans oublier cette finale inoubliable gagnée par la Côte d’Ivoire à l’issue d’une interminable séance de tirs au but (9-8).

Cet évènement pourrait bien être synonyme de magie. Alors installez-vous confortablement devant votre téléviseur muni d’un Nyembwéun gabonais (poulet fumé), un Ndolé camerounais (sauce aux feuilles avec une pâte d’arachide fraîche et des épices écrasées), un Thiébou Dieune, (riz au poisson) ou un Atiéké ivoirien (poisson braisé) ! Comme quoi, lors de la Coupe d’Afrique des Nations, il se joue également une autre compétition : celle des plats culinaires.

Place à la célébration de l’Afrique avec la CAN 2017 !

Avec Xavier Fagbohoun

LAISSER UN COMMENTAIRE