La photo de la semaine #11

safin_hamed
Barrage de Mossoul, le 01/02/2016. (Safin Hamed / AFP)

C’est lors d’une visite à Mossoul que François Hollande a annoncé vouloir reconquérir la « capitale » autoproclamée de l’EI en quelques « semaines ». Un coup de communication parfait pour ce début d’année 2017 alors que les frappes militaires françaises ne représentent que 3% de l’ensemble des bombardements.

Alors que la libération de la ville se poursuit, Mossoul est menacée de disparaitre de la carte. En effet, le barrage contenant 11 milliards de mètres cubes d’eau serait au bord de l’effondrement. En cas de destruction, il submergerait le million et demi d’habitants en quelques heures.

Les Nations Unies avaient déjà alerté l’ensemble des pays de la coalition présente en Irak sur l’état de l’édifice en mars dernier. Face à ce risque majeur, d’importants travaux de maintenance doivent être effectués. Pour cela, il est primordial que les combats cessent rapidement aux alentours de l’édifice.

Les troupes de l’Etat Islamique ont atteint le barrage en août 2014. Ils avaient alors cherché à bombarder puis piller le barrage situé à une quarantaine de kilomètres de Mossoul. Depuis sa reprise et son contrôle par les troupes kurdes, les forces américaines ont confirmé le constat alarmant dressé par les Nations Unies. En plus de son état préoccupant, il repose sur des roches solubles menaçant sa stabilité. Sans véritable réveil de la part des autorités irakiennes, les roches pourraient faire briser l’édifice déjà abîmé par les combats.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE