(Crédit : Credit Heikki Ahonen/Lehtikuva, via Associated Press)
(Crédit : Credit Heikki Ahonen/Lehtikuva, via Associated Press)
(Crédit : Credit Heikki Ahonen/Lehtikuva, via Associated Press)

 

Il faussait tous les tirages au sort de concours

Environ 160 000 $. Voilà la somme que Christian Méthot, un programmeur canadien a obtenu grâce à tous les concours qu’il a remportés frauduleusement. Après avoir réservé plusieurs noms de domaines tels que xxx@campus.com, il a créé un logiciel lui permettant de générer de multiples adresses de candidats virtuels. Selon les cas, ces adresses étaient redirigées vers lui ou ses proches qui n’avaient qu’à indiquer leur adresse.

Selon le Journal de Montréal, pour un concours dont le lot était un Mac, le fraudeur avait déposé 80 % des candidatures (28 776 entrées sur 35 879 participants), augmentant quelque peu ses chances de remporter le prix. C’est ainsi qu’« il y a quelques années, j’ai eu trois voyages [en six mois] », déclarait fièrement son père.

Enquêtant sur Christian Méthot, le Journal de Montréal a découvert que celui-ci avait déposé 52 % des candidatures pour un de leurs récents concours. Interrogé par téléphone sur sa méthode, le programmeur nie être dans l’illégalité. Les journalistes ont néanmoins découvert la disparition de ces mystérieux 52 % de candidats, seulement quinze minutes après avoir raccroché.

 

En posant pour une photo, elle chute de 30 mètres et meurt

 

« Eh attends je recule comme ça on croira que tu touches le haut de la Tour Eiffel ». En matière de photos de vacances, le touriste est ingénieux. Parfois trop. Au cours d’une excursion au Kings Canyon, les guides suggèrent à Zoé Woolmer, étudiante de 23 ans, de monter sur une corniche pour une photo. L’objectif est que sur la photo, on ait l’impression de la voir suspendue au-dessus du vide. Sauf qu’en voulant redescendre de la corniche, son pied droit manque le rebord.

La suite, « son haut blanc et rose qui disparaît du champ de vision », « un cri» et enfin, une chute de trente mètres, comme le rapporte au Telegraph Rebecca Gathen. Guide sur les lieux depuis seulement six semaines et présente le jour du drame, cette dernière avait été formée pour organiser les visites et inciter les touristes à prendre des photos. La sécurité avant tout, donc. Les secours mettent cinquante minutes à arriver auprès de la jeune victime. En vain, car vingt minutes plus tard, elle succombe à ses blessures.

 

Une voisine accueille ses voisins à grand renfort d’eau de Javel

 

Le nord-ouest de la France n’est pas en reste en matière de tarés. Alors que leur voisine écoute de la musique un peu trop fort, à une heure tardive (18 heures), deux hommes et une femme se rendent chez elle afin de lui demander de baisser le volume.

Sachant ce combat déloyal, la voisine s’arme de patience et de javel. A peine sonnent-ils que la porte s’ouvre, et la Javel jaillit. Pantalons, pulls et chaussures. Tout y passe. Même le visage de la femme, ce qui l’incite à porter plainte auprès des policiers, est touché. Ces derniers, constatant les traces rouges sur sa peau, interpelleront la voisine, qui, bien que portant des traces de javel sur ses vêtements, se contente de nier en bloc. 9/10 sur l’échelle de la connerie.

 

Il proteste contre l’arrivée de réfugiés déguisé en membre du KKK

Un déguisement « stupide et improvisé », comme le décrit ce finlandais de 19 ans, interrogé par la police. C’est donc à l’insu de son plein gré qu’il se serait paré d’un drap blanc, et qu’il aurait ensuite fabriqué un masque blanc en forme conique. Il aurait en outre, sans le savoir, rejoint une une manifestation anti-réfugiés avec un mégaphone.

Ne sachant pas ce qu’il se passait, il s’est contenté d’agiter en l’air un drapeau finlandais tandis qu’une quarantaine d’autres personnes caillassait et lançait des fumigènes sur un bus de réfugiés. Conséquence, plusieurs seront arrêtés par la police. En revanche, s’agissant du wanna-be KKK, il a la chance de n’être repéré qu’après la manifestation. C’est le commerçant du coin lui ayant vendu les pièces de son déguisement qui, suspicieux, a alerté la police.

LAISSER UN COMMENTAIRE