Le journal intime de Serge Aurier

Skyzo a eu l’accès exclusif au journal intime de Serge Aurier, une plongée fictive dans l’univers du joueur parisien.

L’après-Barça

Sur la vie de ma mère que j’ai un seum comme personne, maintenant je comprends ce qu’a vécu Tamko après sa raclée par Jean-Claude Van Damme dans Kickboxer. Déjà l’autre joueur de castagnettes ne m’a même pas titularisé, en plus il m’a fait rentré en plein naufrage. Le retour dans l’avion, il n’ y avait plus d’ambiance, c’était comme à la Bibliothèque François Mitterand un dimanche après-midi. Il y a un an, je parlais de fiote, aujourd’hui j’ai raison … je suis un meilleur visionnaire que Paco Rabbane. Mais l’arbitre a de la chance que le match ne s’est pas joué à Sevran sinon ma parole il aurait goûté au 2-7, 2-7 ooooh clique. Et puis le soi-disant crack belge Meunier, qui est tombé comme du n’importe quoi, et a fait un match minable, j’en ai ri sous la chasuble. J’espère que je vais être titulaire ce soir.

Lorient ou la polémique nul

Même face au dernier je suis sur le banc avec l’autre portugais aux grandes oreilles et un mec qui s’appelle Alphonse, wesh c’est quoi ? Voilà en plein match votre super latéral se blesse comme une merde. Moi personne me dit de m’échauffer, en plus avec son français chelou moi j’ai rien compris. Quand je finis, je me change et là on me dit que je prends mon temps sur la vie de ma mère il m’ont pris pour Arturo Brachetti ou quoi ? Je me change au calme moi. Au final on gagne 2-1, et on reste au contact pour le titre. La polémique, elle est nulle part. Bientôt on va dire que suis un fils adoptif de Fillon et que j’ai croqué l’oseille aussi, ils sont fous.

Africain sauvage, bang bang. Serge.

via GIPHY

LAISSER UN COMMENTAIRE