Sigmundur Davíð Gunnlaugsson (Crédit : Brynjar Gunnasrson/AP/SIPA)

L’ancien premier ministre islandais Sigmundur Davíð Gunnlaugsson vient tout juste de quitter son poste (le 7 avril 2016) que déjà un scandale entache son mandat. L’homme politique, ancien leader du parti progressiste, se voit en effet reproché d’avoir tenté d’exercer une influence sur les journalistes islandais qui le critiquaient.

 

Sigmundur Davíð Gunnlaugsson (Crédit : Brynjar Gunnasrson/AP/SIPA)
Sigmundur Davíð Gunnlaugsson (Crédit : Brynjar Gunnasrson/AP/SIPA)

 

Comme le rapporte le Reykjavik Grapevine, Sigmundur Davíð Gunnlaugsson aurait en effet tenté d’inverser les mauvais articles rédigés à son encontre par la presse locale. Plusieurs rédacteurs en chef de médias importants du pays rapportent en effet l’existence de certaines réunions avec le Premier Ministre, au sein desquelles celui-ci tentait d’expliquer pourquoi les articles publiés ne traduisaient pas la réalité. Divers journalistes racontent également comment certains de leurs papiers ont été relus car trop critiques à l’égard du gouvernement.

 

 « J’ai été informé que de nombreux députés de la coalition au pouvoir en étaient venus à la conclusion que je rendais les choses difficiles pour [Sigmundur] et son gouvernement »

 

En 2010, l’Islande avait pourtant adopté une loi constitutionnelle relative à la modernisation des médias, dont l’objectif était de défendre les lanceurs d’alerte et assurer une liberté d’expression « absolue » aux journalistes. Les craintes émises par Reporters Sans Frontières s’avèrent finalement plus que fondées… Déjà englué dans le scandale Panama Papers, puisqu’il est accusé d’avoir dissimulé des millions d’euros, Sigmundur Davíð Gunnlaugsson est plus que jamais dos au mur malgré sa démission.

LAISSER UN COMMENTAIRE