Skid Robot en compagnie de Birdman, vétéran de la guerre d'Irak.

41 000. C’est le nombre de sans-abris recensés dans les rues de Los Angeles l’an dernier. Avec seulement 12 000 d’entre eux possédant un toit temporaire, la ville californienne est présentée comme la capitale des SDF. Face à la lenteur des hommes politiques, un artiste a décidé de prendre les devant : portrait de l’anonyme Skid Robot.

 

Skid Robot en compagnie de Birdman, vétéran de la guerre d'Irak.
Skid Robot en compagnie de « Birdman », vétéran de la guerre d’Irak.

 

Son nom s’inspire du quartier de Skid Row, deuxième au classement des quartiers américains ayant le plus de sans-abris. Il n’apparaît que très rarement en photo, ou alors masqué, considérant que son identité n’apporterait rien à son action. D’autant plus que désormais, un petit collectif s’est formé autour de lui pour intensifier son action, notamment dans les autres villes des Etats-Unis.

 

« Un artiste anonyme dans les rues de Skid Row, donnant à ceux qui sont dans le besoin, créant un dialogue pour trouver une solution à la pauvreté grâce à l’art »

 

Sa particularité : il a fait de la rue et des réseaux sociaux (Instagram essentiellement) ses terrains privilégiés d’expression. Avec son art, son engagement et ses moyens récoltés à droite à gauche, l’artiste tente depuis plusieurs années de soutenir les SDF de la ville. « La force de l’art permet de changer notre perception de la réalité. Avec mon art, je cherche à changer la perception des sans-abris. »

 

Skid Robot

 

Selon l’Autorité des services aux sans-abri de la ville de Los Angeles (LAHSA), le nombre de sans-abris a augmenté de 16 % entre 2013 et 2015, passant de 35 524 à 41 174. Parmi eux, on compte près de 4 000 vétérans de la guerre en Irak toujours en attente d’une aide de l’Etat.

 

La manière d’opérer du street-artist est simple :  il part à la rencontre des sans-abris du quartier, discute avec eux et propose de leur apporter, dans la mesure du possible, les différentes choses dont ils ont besoin (nourriture, tabac etc.). Ensuite, il dessine sur les murs alentours où les sans-abris sont installés, un paysage ou un symbole de leur choix. Autre aspect important de son action, le suivi qu’il opère, puisque l’artiste met un point d’honneur à revenir voir tous les sans-abris qu’il rencontre.

 

Skid Robot
Adam et Olivia (Crédit : Instagram)

 

Pour en savoir plus sur Skid Robot, et comment soutenir son action : http://www.skid-robot.com.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE