PRESENTE-TOI : Le voyageur / Mafia Tripes, YouTubeur effectuant un tour du monde

Les vlogs, les chaînes YouTube « voyage » et les comptes Instagram se développent de plus en plus ces dernières années grâce à une meilleure qualité des smartphones et des appareils vidéos. Pour tenter de comprendre ce phénomène et vous aider à mieux choisir vos prochaines vacances estivales, Skyzo a rencontré Enzo de la chaîne « Le Voyageur / Mafia Tripes », un YouTubeur célèbre pour son tour du monde en vidéo autour d’un café et de deux chocolats chauds. Il est actuellement en voyage pour la Mongolie. 

Qui es-tu ?

Je m’appelle Enzo j’ai 22 ans et mon objectif est de voyager le plus possible. Mon domaine de prédilection est donc le voyage en partant à l’aventure. D’ailleurs pour suivre mon parcours, je fais des vidéos sur YouTube via la chaîne « Le Voyageur / Mafia Tripes ».Je suis parti pour la première fois à 20 ans pour effectuer des voyages à travers le monde pendant 1 an et demi. Je suis parti le 21 mai dernier pour la Mongolie.

Qu’est ce qui s’est passé dans ta vie pour te décider de partir si jeune pour de longs voyages ?

Il y a des événements personnels qui m’ont poussé à voyager. J’ai notamment arrêté l’école en BTS Commerce International.

Pour me financer, j’ai travaillé pendant 1 an en tant que serveur et j’ai pu mettre assez d’argent de côté pour visiter 14 pays dans le monde.

Qu’est-ce que le fait de voyager t’apporte d’un point de vue personnel ?

Je pense que j’avais besoin de souffler pour voir plus clair dans ma vie et cela m’a ouvert les yeux sur beaucoup de choses. Voyager est une fuite pour moi et cela m’a permis de me retrouver tout seul en tant que le “vrai” Enzo et pas à l’image de ceux qui me perçoivent.

Pourquoi tu as choisi plutôt YouTube qu’Instagram pour diffuser tes contenus ?

Les réseaux sociaux sont devenus des outils de communication incontournables pour les jeunes de notre génération.

J’ai eu davantage de visibilité sur YouTube car j’ai pu être relayé par de “gros” YouTubeurs notamment comme “Avner” qui a consacré une vidéo entière à ma chaîne ce qui m’a permis d’être visible auprès d’un plus grand nombre d’abonnés. Il y a eu aussi “Doc Seven” ou encore “Bibix” et “Walane” avec lesquels j’ai partagé mon voyage en Mongolie.  Aujourd’hui, je suis sur un total de plus d’un million de vues toutes vidéos confondues.

Quels pays as-tu parcouru ?

J’ai traversé Madagascar (3 mois et demi en taxi collectif), le Sri Lanka, l’Inde, le Népal (en train), la Thaïlande, le Cambodge, le Vietnam (3 mois en mobylette), le Japon (1 mois et demi en vélo), le Kirghizistan, l’Indonésie (1 mois et demi avec ma mère) et une partie en Mongolie en moto avec le YouTubeur “Walane”.

Je compte repartir découvrir à nouveau d’autres pays, lors de mon prochain départ qui annoncera le début d’une nouvelle aventure.

Tu as voyagé en train, en moto, en vélo en parcourant des centaines de kilomètres (entre Tokyo et Kyoto par exemple), c’est une façon assez particulière d’envisager une grande partie de ses déplacements. Pourquoi avoir fait le choix de voyager de cette façon ?

La moto est une passion avant toute chose. Les moyens de transports utilisés sont principalement liés à ma passion pour la nature, la liberté qu’ils procurent lors de mes déplacements. Quand tu es en vélo ou en moto, tu as davantage le temps de contempler ce qu’il y a autour de toi. C’est dans ces moment-là que j’adore le voyage. Tu peux partir quand tu veux. Tu es finalement récompensé lorsque tu découvres des endroits insolites et que tu rencontres ou que tu noues des contacts avec des personnes intéressantes et inspirantes. Ce sont aussi des moyens de transports qui me mettent hors de ma zone de confort habituelle.

Avais-tu des bases en vidéo, en montage pour créer du contenu sur ta chaîne ?

Je suis totalement autodidacte. J’ai utilisé des tutos sur internet pour apprendre comment créer une chaîne, filmer et monter.

Au cours de ton aventure, tu as dû faire face à différentes cultures. As-tu rencontré des obstacles pour communiquer dans certains pays ?

J’utilise l’anglais pour communiquer avec les gens. Il arrive souvent que je rencontre des personnes non-anglophones. J’utilise alors mes mains, mon corps pour me faire comprendre. C’est le langage universel.

Quelle a été ta plus grande difficulté pendant tes voyages ?

Le vélo au Japon ! Je venais de faire plusieurs pays en voie de développement et je me suis retrouvé dans le “futur” ! Je ne me suis pas senti très bien accueilli dans ce pays. Je n’étais pas dans une bonne humeur et un bel état d’esprit durant ce voyage. Je suis tatoué et barbu, ça joue beaucoup dans le regard des Japonais. J’ai senti qu’ils avaient tendance à être réservés et j’ai très vite développé un mal du pays. (

Quel a été ton plus beau souvenir lors de tes voyages ?

La famille qui m’a accueilli au Vietnam ! J’étais avec des gens charmants qui m’ont considéré comme un membre de leur famille à part entière. Dès le premier jour, la mère de famille m’a ordonné de l’appeler “mẹ” (maman en vietnamien). J’ai aussi appris à les connaître en rendant service. Par exemple, j’ai emmené une fois la famille voir leur grand-mère en moto. On utilisait des moyens rudimentaires pour communiquer comme ils ne parlaient pas anglais : Google Traduction, les gestes, les dessins. Je me suis fait de vrais amis dans ce pays et j’ai pu casser beaucoup de barrières culturelles et sociales.

As-tu gardé contact avec les personnes que tu as rencontrées au cours de tes voyages ?

C’est bizarre à dire mais avant de partir je n’avais pas de véritables amis en France. Les voyages et les réseaux sociaux m’ont appris justement à connaître des gens qui me correspondent. Par exemple, j’ai souvent eu des nouvelles de la famille vietnamienne via des abonnés qui sont partis au Vietnam. Il m’est aussi arrivé de ne pas avoir noué de véritables liens avec les personnes rencontrées. C’était le cas par exemple à Madagascar.

Penses-tu que l’on devient plus mature et plus vieux par rapport à son âge grâce aux voyages ?

C’est une très bonne question, je me rends compte que cela peut être le cas au moment où tu me poses cette question ! (Rires). Mes amis ont tous autour de 28 ou 29 ans et sont donc plus âgés que moi.

Comment perçois-tu l’évolution et l’impact des réseaux sociaux dans ta vie et notamment sur tes voyages ?

Je vois YouTube comme le meilleur outil digital de ce début de siècle. Cette plateforme a vraiment permis de mettre en place librement toutes personnes désirant développer des projets créatifs. C’est un récepteur de contenu, une sorte de télévision ultra-personnalisée où tu peux aller au-delà de tes 300 chaînes habituelles. Avec des milliers de chaînes YouTube qui se créent chaque minute, je peux regarder demain un documentaire expliquant le fonctionnement du cerveau, puis une vidéo de Squeezie (le YouTubeur). Mieux encore, avec la qualité des smartphones en 2018, tu peux faire des contenus de qualité et avoir des millions d’abonnés avec ton propre smartphone. YouTube est l’outil audiovisuel de notre génération, après personne ne sait si cela sera encore le cas pour les générations futures.

Quels sont tes projets ?

Je pars prochainement en Mongolie en moto et comme tous les voyageurs j’ai un peu la trouille ! L’objectif sera de revenir vivant (rires). Je compte ensuite aller au Vietnam afin de faire un repérage pour organiser un rallye que je communiquerai à mes abonnées. Le but est simple : définir un parcours de voyage et partager en groupe cette expérience. Ce sont les voyageurs qui prendront en charge leur voyage. Cette aventure sera symboliquement payante et je le fais pour acquérir de l’expérience dans l’organisation de voyage. Je continuerai aussi à faire des vidéos en alimentant ma chaîne YouTube pour susciter la motivation auprès des jeunes.

Conçois-tu tes vidéos comme un journal intime ?

Oui et non. Je suis un voyageur inconnu et chacun peut se mettre à ma place. Je raconte ma vie sur place mais je ne montre pas tout. Ce n’est pas de la télé réalité mais du vlog. Je veux que mes vidéos soient naturelles et authentique pour créer une proximité, un partage d’expérience avec celles et ceux qui me regardent afin qu’ils se disent : “tiens, et si je visitais ce pays ?”. Je veux aussi monter crescendo dans mes voyages en partant à l’aventure. Dans mes vidéos je n’ai pas de limites, je vois l’avenir au jour, le jour.

Dernière question : c’est quoi pour toi être un Skyzo ?

C’est se laisser aller dans ses envies même si cela n’est pas logique et intelligent !

Propos recueillis avec Sofiane Zkr

Comments

comments