Des quantités astronomiques de nourriture sont gaspillées chaque jour dans le monde et la France ne fait pas office d’exception dans ce triste constat. Mais le meilleur moyen de laisser la situation empirer est de ne rien faire. C’est pourquoi un groupe de jeunes entrepreneuses se sont lancées dans la recherche d’une solution. Cette dernière se nomme Too Good To Go et permet à tout le monde de se dresser contre le gaspillage alimentaire, et ce à petit prix. Camille Colbus, directrice des opérations depuis le lancement hexagonale de l’application, nous sert la recette sur un une tablette !

Bonjour Camille, Too Good To Go c’est quoi ?

Too Good To Go, c’est une appli contre le gaspillage alimentaire qui permet au commerçant d’écouler leurs invendus avant la fermeture plutôt que de les jeter, et aux utilisateurs de bénéficier de produits de qualité à tout petit prix tout en luttant activement contre le gaspillage alimentaire.

Et ça fonctionne comment ?

Pour l’utiliser il suffit de télécharger l’appli sur un store ou sur le site internet de Too Good To Go et de créer son compte. L’utilisateur est ensuite géo localisé et voit les commerçants partenaires apparaître sur la carte de la ville avec la description de ce qu’ils proposent. Il suffit ensuite de commander, de payer en ligne et de passer à l’heure de collecte directement chez le commerçant pour récupérer son repas.

Quand le projet est-il né et comment s’est-il mis en place ?

Lucie Basch, fondatrice et PDG de Too Good To Go, a monté la plateforme sur le constat que chaque année, un tiers de la production alimentaire est jetée. Elle a donc crée cette plateforme pour mettre en relation les personnes qui ont ce surplus avec les gens qui peuvent agir pour éviter le gâchis. En France, l’appli a d’abord été lancé à Paris et à Lille en juin 2016, mais on s’est très vite étendu dans le reste du pays pour être aujourd’hui présent dans 25 grandes villes comme Nantes, Bordeaux, Lyon, Strasbourg, Marseille, … Des organismes de lutte contre le gaspillage existaient déjà mais là où Too Good To Go innove, c’est que chacun peut agir tous les jours grâce à la dimension locale de notre appli.

Vous avez monté votre projet en France mais l’avez lancé au Danemark en Septembre 2015 dans un premier temps, pourquoi cela ?

L’application s’est tout simplement lancée au Danemark car c’est un pays dans lequel les mentalités sont très tournées vers l’économie collaborative, nous voulions alors tester le concept là-bas.

Dans combien de pays l’application est-elle disponible aujourd’hui et comment gérez-vous cela ?

L’application est disponible dans 6 pays : France, Danemark, Angleterre, Suisse, Allemagne et Norvège. Dans chaque pays, nous avons des équipes locales qui gèrent localement Too Good To Go.

Camille Colbus, directrice des opérations chez Too Good To Go depuis juin 2016

Avez-vous rencontré des difficultés à monter le projet ?

La première difficulté était de faire adhérer les commerçants. Mais à partir du moment où on a convaincu le premier, le reste a suivi. Pour ce faire, on leur explique juste que c’est gratuit et que ça ne les engage à rien. Ça leur permet juste de ne plus jeter leurs trop plein et ça leur offre une visibilité nouvelle. On a naturellement commencé par les commerçants indépendants, plus accessibles et plus ouverts, pour se déployer rapidement vers les plus grands groupes.

Justement, qu’en est-il des grandes surfaces ? Avez-vous des contacts ou des projets à venir pour essayer d’éviter encore plus de gaspillage ?

Bien sûr, même si ça prend beaucoup plus de temps. On a déjà des partenariats avec des magasins Leclerc et des Carrefours. Tout ce qui est proposé est du jour même afin d’éviter le gaspillage et permettre à nos utilisateurs de profiter de produits frais.

Et pour ce qui est du financement de votre projet, comment vous y êtes-vous pris ?

Au niveau du financement, on a lancé une campagne de crowdfunding  qui nous a permis de récolter plus de douze mille euros. Quand on s’est lancé à Paris et à Lille on a eu beaucoup de demandes dans d’autres villes. Grâce au financement participatif on a pu se développer ailleurs suivant la demande.

Comment vous rémunérez vous ?

Notre solution permet de recréer de la valeur sur des produits destinés à être jetés. Nous nous rémunérons sur cette valeur économique nouvellement créée, via une commission prélevée sur chaque portion vendue.

On a parlé des difficultés rencontrées mais avez-vous reçu des soutiens de tiers comme la mairie, des investisseurs extérieurs, … ?

Le plus grand soutient a vraiment été la campagne de crowdfunding. On a enregistré quand même plus de 350 donateurs. Ensuite le fait de travailler dans plusieurs incubateurs de start-up nous a beaucoup aidées. Ça nous a permis d’avoir un espace où travailler bien sûr. Nous avons commencé à l’incubateur Make Sense, puis nous nous sommes installées au Smart Food, la première plateforme d’innovation dédiée au secteur alimentaire lancée par la mairie de Paris. Ensuite pour ce qui est de la formation, avoir des mentors vers qui se tourner était vraiment un plus.

Votre application comptabilise aujourd’hui plus de 1,5 million d’utilisateurs. Avec un tel succès, quelles sont vos perspectives de développement ? Avez-vous des projets à court, moyen et/ou long terme en France comme à l’international ?

Le gaspillage alimentaire n’a pas de frontière ainsi oui, nous souhaitons nous développer à l’international. À long terme nous voudrions être à même de proposer l’appli partout, en France comme ailleurs, et chez tous les commerçants. À court terme faire connaitre la solution que nous proposons contre le gaspillage alimentaire à encore plus de personnes et rallier de nouveaux commerçants. Il  y encore un travail de démarchage à faire !

L’équipe Too Good To Go

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here