19856949
AU CENTRE, LA PIRE INVENTION DE GEORGE LUCAS

 

Mercredi 16 décembre 2015, la force se réveillera dans les salles obscures de l’Hexagone. Réalisé par J.J Abrams qui prend ainsi le relai de George Lucas, le septième volet de la saga Star Wars aura la lourde tâche d’assurer l’après trilogie originale. En espérant que la suite ne soit pas du niveau des prequels, qui, rappelez-vous, étaient sacrément bien foirés.

 

Parce que sans ça, George Lucas n’aurait jamais inventé ces saloperies de midi-chloriens. Un peu plus et il foutait un détecteur d’énergie sur la gueule des ennemis.

 

Parce que Padmé a coûté beaucoup trop cher en costumes. Non mais sérieux, la meuf se change et se recoiffe toutes les trois secondes.

 

Parce que le combat contre Darth Maul a été torché au papier cul de marque Leader Price (non, ceci n’est pas du placement de produit).

 

Parce que c’est bourré de clichés racistes. Les extraterrestres ont des voix de blédards africains, chinois ou maghrébins, tandis que le maître d’Anakin et sa mère, négociateur peu scrupuleux, a un très long nez. Bah bravo Morray.

 

Parce qu’Hayden Christensen joue comme un cul. Le type a clairement été pistonné. En vrai, il n’a même pas le niveau pour jouer dans un porno de 15 minutes.

 

Parce que cela nous aurait évité les multiples crises de nerfs provoquées par Jar Jar Binks.

 

Parce que la relation entre Padmé et Anakin est la chose la plus malsaine et la plus gênante de l’histoire du cinéma. Putain, le mec la suit partout et va même jusqu’à la regarder dormir… Et le pire c’est que cette conne aime ça, alors qu’Anakin est le fils caché d’Emile Louis.

 

Parce que dans l’Attaque des Clones, les clones n’attaquent jamais.

 

Parce qu’il y a trop de blabla, trop de diplomatie à deux balles, trop de moments chiants. L’intrigue des deux premiers épisodes est aussi lente que Jérémy Morel.

 

Parce qu’un gosse de huit ans ne peut pas dégommer un énorme vaisseau ennemi alors que même des adultes surentraînés se font déglinguer comme des amateurs. Un minimum de réalisme, s’il vous plaît, merde.

 

Parce qu’à la base, un gamin de huit ans ne peut pas remporter de course galactique comme si c’était normal.

 

Parce qu’une reine de 14 ans qui bute des ennemis de la République au pistolet laser et voyage de planète en planète à ses risques et périls, c’est tout aussi moyen.

 

Parce que les combats sont mis en scène par Kamel Ouali.

 

Parce qu’il y a plein d’incohérences entre la saga des prequels et la trilogie originale. On nous vend une amitié entre R2D2 et Obi-wan pour que, 20 ans plus tard, ce dernier dise ne pas se souvenir d’avoir possédé de droïde. Pareil pour Qui-Gon. Pourquoi nous l’inventer si Yoda est censé avoir été le maître de Kenobi ?

 

Parce que le personnage d’Anakin Skywalker a fortement nui au charisme de Dark Vador.

 

Parce qu’Anakin Skywalker passe du côté obscur à cause d’une simple crise d’adolescent et d’une amourette à deux sous.

 

Parce qu’Anakin Skywalker reçoit le meilleur enseignement possible pour finalement préférer suivre un beau parleur de bas étage. C’est comme d’intégrer Sciences-Po et se laisser séduire par le FN. Oh Wait…

 

Parce que les dialogues sont pour la plupart mal écrits et que l’humour est aussi efficace que dans Bienvenue chez les Ch’tis.

 

Parce que le personnage d’Obi-Wan est bâclé et qu’il se fait battre par tout le monde sauf par un Dark Vador au sommet de son art. Logique.

 

Parce qu’on ne fait pas crever un personnage de la série en bonne santé sous prétexte que ce dernier n’a plus « envie de vivre ». Si ça marchait comme ça, le taux de suicide serait proche du néant.

 

Parce que le sabre violet, c’est un « non » catégorique.

 

Parce que la seule chose vraiment fidèle à la trilogie de base, à savoir les fondus dégueulasses réalisés sur Paint, est aussi la seule chose qui aurait dû changer.

 

Parce que beaucoup de personnes auraient aimé ne pas perdre six heures et 58 minutes de leur temps.

 

Comments

comments